La course à pied Les blogs courseapied.net : Molo

Le blog de Molo

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2008-11-21 21:50:16 : La question du jour : gros seins, handicap ou non pour la CAP ?

Bon, je reconnais, le titre est accrocheur, mais je voulais juste partager ma petite journée avec vous. Ce matin direction le boulot, zou on me trouve un truc à faire à Argelès sur mer. 2H30 de voiture plus tard me voilà sur place, mon dépannage effectué il est déjà 12h30, l'heure d'aller manger. Et bien non, avec ce beau soleil, ce serait un sacrilège de s'enfermer dans un resto pour manger. Je chausse donc mes running, et me voilà parti pour une heure d'endurance sous un soleil radieux et une mer bleue que je vous fais partager par 4 photos prises avec mon téléphone..... Comme les plaisirs se conjuguent souvent par paire, me voilà de retour à la maison devant justement cette fameuse paire que ma belle m'exibe sous le nez (pour le plus grand plaisir de Riri et autre Mielou)... Cette Mô, si elle n'existait pas il ne faudrait surtout pas l'inventer….sont forts ces chirurgiens non...?!!!

Les réactions

Par , le 2008-11-21 21:53:33
putaing cong quelle paires de seing

Par Ku, le 2008-11-21 22:37:55
Salut Molo,
Comment tu vas ????
C'est pas trop grave, ton cas ????
oh, je pense que Lolo va s'en occuper...
éh rends- nous le soleil que tu nous as pris, non mais !!!!
Merci pour la balade
Très belles photos
Bises

Par Le Coach, le 2008-11-22 09:36:56
Attention, l'inspiration est importante mais il faut aussi penser à expirer ma p'tite dame.

Par Ku, le 2008-11-22 10:10:28
Marlène,
Le prix du silicone a baissé à ce point là ???
Bises
Amicalement
Ku

Par Marlène, le 2008-11-22 10:30:47
Mouais, bientôt il n'y aura pas que la silicone qui va baisser...

Par Marlène, le 2008-11-22 12:31:16
Ce n'est pas la peine d'usurper les pseudos des membres que je connais. Krusti n'aurait jamais dit un truc pareil.
Alors, vous vous fatiguerez avant nous... et vous le savez pour avoir de nombreuses fois essayé.
Je ne garderai que les commentaires humoristiques, quelque peu moqueurs, et c'est tout. Amis Trolls, faites-moi rire ou sourire et vous ne serez pas zappés. Mais assumez-vous et signez.

Par riri, le 2008-11-22 18:32:00
c'est lolo qui doit être content !!

si tu trouves qu'il baisse ( avec deux S steuplait ) ,j'suis toujours là prêt !

bises les molos

Par momoVH3, le 2008-11-22 23:51:14
Sacré belles photos. Mô, chez toi, l'aérophagie est drolement haut-placée.Je reconnais qu'avec ça, il pouvoir courir, il doit falloir sacrément se pencher en arrière pour ne pas être déséquilibrée.

Par GGBI, le 2008-11-23 12:30:36
Salut les molos,

Manga, tu en as de la chance......

D'avoir eu une si belle météo pour ta dernière sortie.

A+

Par manga3, le 2008-11-23 12:37:50
Héhéhé GGBI, oui très belle....journée..!

Par LINDA, le 2008-11-24 14:04:59
Coucou Lolo,

Hé bien, hé bien, c'est bien la 1ère fois que je te vois "sacrifier" un bon repas contre une sortie CAP et j'ai des preuves de ce que j'avance, cf les photos!!!!
Mais bon, en effet, lorsque je vois ces beaux paysages enchanteurs, je comprends le pourquoi du comment!!

Et puis...je comprends aussi pourquoi ta Mô arrive toujours avant toi, avec ces poumons là, forcément, il y a avantage!!!!

La bises à vous 2..

Ps : contente que ta reprise se fait en douceur, lolo..

Linda

Par 13mile, le 2008-11-26 08:09:02
Ca c'est une belle femme...

Par ric², le 2008-11-26 11:11:32
Et c’est une toulousaine qui gagne le dernier billet pour la croisière « ça m’use » au large de Dubrovnik. Le commandant JPtheSecond et tout son équipage seront heureux de vous accueillir à bord du Pacific Pincefesse. Bon y a Isaac qu’est en ReuTeuTeu, y a un extra de barman à pourvoir…

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


ça donne pas envie de trottiner..?


Hé oui, pendant ce temps, y'en a qui se pèle...


Les Pyrénées dans le fond.


Je manque pas de place pour le parasol


Bon je vous laisse, faut que je regarde cela de plus près.


Les 5 billets précédents

2008-10-28 11:46:38 : 49 secondes de trop... - 1 photo - 28 réactions

49 secondes


Nous avons été un peu poussés pour le faire ce 2ème marathon de Toulouse. Un peu trop près du Médoc, pour lequel nous étions inscrits depuis longtemps, les amateurs que nous sommes n’avaient encore rien décidés.
Filzy du forum m’a contacté au printemps dernier pour lui indiquer des hôtels de la région. L’invitation à la pasta party se fit naturellement. Puis un post sur le forum concernant une vente de dossard pour Toulouse nous a définitivement décidé.
C’est ainsi que le 26 octobre dernier nous nous sommes retrouvés dans le sas des 3h45. David31 était là, ainsi que Momovh3 et notre parisien d’adoption, Yannick. Yannick en 2 jours a eu le loisir de goûter à la cuisine régionale et au Rioja. C’est sûr que lui, il n’a pas l’entraînement… il a dû le payer !
Mon objectif pour ce marathon que l’on annonçait roulant et plat : 3H59’59 pour le fun.
J’avais décidé de partir sur une base de 11km/h, ce qui me laissait une marge de manœuvre pour finir juste au-dessous des 4h. Lolo « devait » me servir de lièvre et rester avec moi…
Au coup de sifflet, il est parti comme une balle et je ne l’ai revu qu’au 28ème km.
Les temps du 10ème et semi ont été respectés avec des douleurs au grand fessier qui sont apparues vers le 15ème. David était avec moi, on avait la sensation de courir trop vite et qu’on allait se cramer. J’ai retrouvé aussi un copain de ma salle de sport. C’était son 1er marathon et pour ma part je trouvais qu’il allait trop vite mais « il se sentait bien ». Je l’ai laissé après le semi en lui disant que le marathon allait commencé et je ne l’ai pas revu.
Au 28ème donc, je double mon Lolo qui marchait. Il m’a encouragé et m’a ordonné « et surtout que la soupe soit chaude… » Mouai, un peu macho mon homme mais comment lui en vouloir alors que je le scotche derrière !
Je pense que jusqu’au 35ème j’ai tenu la route. Je ne me suis pas arrêtée au ravitaillement et j’ai pris à chaque fois les bouteilles à la volée. Puis le calvaire a commencé avec ce corps qui refuse la vitesse imposée, ces faux plats et ces passages sous les ponts qui font ralentir l’allure et monter le cardio… Les deux derniers km ont été au taquet de ce que je pouvais courir alors. J’ai essayé de coller au ballon vert des 4h qui m’a remonté puis dépassé. Connaissant la ville je savais qu’on allait arriver par les petites rues entrant sur la place du Capitole alors j’ai mis tout ce que j’avais pour rattraper ce « putain » de ballon devant moi. Je n’ai même pas entendu la foule et l’ai très peu vue, en plein dans mon trip contre la montre. L’arche, le ballon, et moi… ensemble.
Temps réel 4h00’48.
49 secondes de retard.
Au final, en 7 km, j’ai donc cramé les 10 minutes de bonus que j’avais et de 11km/h je suis tombée à 10.50. Je ne pense pas pouvoir faire mieux. Chacun a ses limites. J’ai sûrement atteint les miennes avec le mode de prépa qui est le nôtre, c’est-à-dire, sans trop de prise de tête et en restant de bons vivants. Car après tout, courir, reste pour nous un loisir.
Lolo, prochain marathon : Barcelona et viva la catalonia !!! Objectif, visiter la ville et manger des tapas avec Eva la Catalana ! Ce sera le 6ème !

2008-10-28 08:25:31 : Le Marathon de Trop... - 3 photos - 35 réactions

Un marathon de trop

Et oui, il fallait bien que cela arrive tôt ou tard. L’année 2008 a été pour nous une année assez chargée, pas de coupure, deux trails difficiles, le marathon du médoc, le ronde des foies gras, et de bien trop nombreux entraînements ont eu raison de moi.
Ce marathon de Toulouse ce devait être la dernière grosse course pour cette année, et à coup sûr elle le sera. Tout avait bien débuté, de gros entraînements et une rigueur "presque" irréprochable. Trois séances par semaine, le tout entrecoupé de bonnes bouffes comme nous savons le faire.
Samedi, arrivée des Parisiens, et après avoir glandé devant le match de rugby, nous commençons doucement l’apéro. S’en suit un petit repas à base de rillette de canard, pâtes et autre viande blanche grillée, fromage, dessert, bref juste ce qu’il faut pour le lendemain.
Dimanche, debout 7 heures, déjeuner et départ pour la course. Nous attrapons Yannick au passage et zou, nous voilà 1h30 plus tard sur la ligne de départ. Une petite photo dans le sas des 3h45 prise par David31, que l’on avait déjà rencontré l’année dernière, avec oh ! surprise, momovh3 qui nous a retrouvés. Cela nous a fait vraiment plaisir de le rencontrer, il transpire la gentillesse et la bonté cet homme là. Donc photo de départ, ce sera la seule de ce marathon.
Je décide de partir avec les 3h45 alors que mon meilleur temps est de 4h12. L’allure est rapide, mais il fait frais et beau, sans peiner je suis le ballon blanc, 1h05’27 au 12ème km, pas le temps de faire des photos ni de plaisanter. 1h55’55 au semi, là il me semble que la barre des moins de 4 heures est possible. 8 minutes d’avance, même si je coupe sur la seconde moitié, c’est jouable. Les choses se gâtent au 28ème . Aucune douleur musculaire, pas l’ombre d’une crampe, mais l’allure chute, et ma belle me dépasse à cet instant. Un rapide calcul me fait dire qu’elle le tient son moins de 4 heures, peut- être même un 3h55, ce serait pour elle un aboutissement.
Je me concentre sur mon pied gauche qui me fait un peu mal, mais rien d’alarmant. Passage au 34ème en 3h17’16, cela fait 13 kilomètres en 1h21’21, de toute évidence, l’allure n’est plus la même et faire les derniers 8 km en 43 minutes ne me paraît plus faisable d’autant plus que je décide de marcher 1 minute par km afin de finir. Le mental n’y est plus, l’abandon, j’y pense et je me trouve tout un tas d’excuse pour arrêter. Alors je pense juste à ma belle qui le tient son marathon sous les 4 heures. Les blessés commencent à joncher le sol, la croix rouge, les pompiers ne savent plus où donner de la tête. Malgré mon allure de sénateur je n’en finis pas de doubler des coureurs/marcheurs à l’agonie. Il est vrai qu’il fait chaud, 21° à l’ombre, et de l’ombre il n’y en a pas. Chaque km est une bataille et mon pied commence vraiment à me pourrir la vie. J’en cherche les causes, route bombée, chaussures usées, trop d’entraînements et de courses, surement un mélange de tout cela.
40ème km, plus que 2, je double une femme qui de toute évidence souffre aussi, « on se le termine ensemble, tranquille » lui dis-je. « ok », me répond t’elle, et nous voilà donc à nous soutenir mutuellement. 41ème la musique approche et la place du capitole n’est plus très loin. Quelques coureurs nous doublent dans un dernier élan de rage. 42ème km, ma compagne d’infortune me dit « allez on termine à fond ». Nous voilà partis à 14 ou 15 km/h sur les 200 dernier mètres. Elle coupe net à 50m de l’arche de délivrance, une crampe a eu raison de son dernier effort. Je reste avec elle et la laisse passer devant moi, à cet instant il me reste encore un peu de galanterie.
Je retrouve ma belle « alors chérie, ton chrono », « je ne sais pas, je suis arrivée avec le ballon des 4h, donc je ne sais pas si je suis en dessous des 4 heures» nous verrons bien les résultats ce soir.
Le reste n’est que du bonheur, je me gave de saucisson sec, marre du sucré et des gels, je veux du salé. Après un au revoir à momovh3 qui se restaure sur un banc public, nous retournons chez nous.
Rien ne laissait présager ce qui va suivre à cet instant. De retour à la maison et après un bon bain, ma douleur au pied gauche se réveille et augmente crescendo. Ma chérie se propose de me masser, mais rien n’y fait, la douleur augmente. Quelle est donc cette douleur très vive qui m’a empêché de dormir toute la nuit ? c’est la question que je pose au médecin des urgences à 7h30 ce matin. Et bien il n’en sait rien, ce n’est pas une déchirure, ça il en est certain. Ce qui est aussi certain c’est que je ne peux plus poser le pied au sol et que dans 3 jours si cela ne va pas mieux ce sera une scintigraphie ou un scanner. Une aponévrose latéral plantaire semble être la blessure la plus probable, pour le moment, antalgiques et séance de 10 injections sont le programme des prochains jours ensuite viendra les examens complémentaires. Vraiment ce fut surement le marathon de trop.

2008-10-19 18:35:39 : Marathon de Toulouse, entraînement pour l'accueil des Parisiens - 2 photos - 30 réactions

Bon, histoire de ne pas vous faire penser que nous nous la coulons douce pour cette préparation du Marathon de Toulouse, voici le dernier entraînement de la semaine. Maintenant, repos jusqu'à dimanche prochain.....Vous remarquerez que c'est toujours elle qui bouffe, moi je sais me tenir...héhéhé

A nous deux les Parisiens, nous vous attendons de pied ferme !

La Môlo's Team

2008-10-14 18:21:16 : La ronde des foies Gras 2008, même la crise n'y peut rien..!! - 1 photo - 18 réactions

Et oui, encore une ronde des foies gras de terminée. Malgré la crise financière et la morosité ambiante, rien ne peut altérer la bonne humeur de nos hôtes. Comme chaque année nous avons été accueillis comme des rois. Foies gras tout le long du parcours et bandas. Cette année j'ai voulu vous montrer l'ambiance d'après course. Ce dimanche 12 octobre nous avons ressenti vraiment plus que d'habitude le côté festif. La crise n'a pas pu lutter contre la joie de vivre au grand air du sud ouest de la France.

Vidéo et photos, ici.

http://www.molo31.com/mapage/index.html

La Môlo's Team

2008-09-29 19:16:28 : Eric8 peut être un visionnaire, les Molo's n'en doutent pas - 0 photo - 16 réactions

Projet très sérieux à l'étude sur Toulouse

Transports du futur. Téléphérique, navettes fluviales, voitures à air comprimé : ils arrivent.
Mobilité. Téléphérique, navettes fluviales, voitures à air comprimé : ils arrivent.
Transports du futur. Téléphérique, navettes fluviales, voitures à air comprimé : ils arrivent.
DDM

CARTE DETAILLEE - - Un téléphérique pour grimper à Pech-David, des navettes fluviales sur la Garonne et le canal du Midi, cela peut paraître farfelu. Et ne parlons pas de l'usine de voitures à air comprimé projetée à Toulouse par un Andorran pour alimenter un système de location de type « Autolib », où les petites autos à air seraient utilisées comme les VélôToulouse !

Pourtant, ces projets sont bien réels et pourraient bien aboutir : « Une navette sur la Garonne, cela peut être fait beaucoup plus vite qu'une ligne de tramway, pour beaucoup moins cher et c'est visible immédiatement », résume Philippe Goirand, conseiller municipal Vert, délégué aux pistes cyclables.

« Des études vont être lancées par le Grand Toulouse sur le projet de téléphérique entre Langlade (le Cancéropôle) et Rangueil et pour la navette fluviale sur la Garonne », confirme Joël Carreiras, adjoint PS aux finances, qui ajoute : « Tisséo suit le dossier du canal ». Confirmation par Stéphane Coppey, président Vert de Tisséo : « On étudie ces projets et notamment la navette sur le canal, si ces modes de transport sont disponibles et accessibles, pourquoi pas ».

Pour l'Autolib à air comprimé en revanche, le promoteur du projet, Patrick Dupin, assure : « On est en pourparlers avec la mairie mais il faut attendre que la communauté urbaine soit en place ».

Les navettes fluviales et le téléphérique ont été relancés par le pôle de recherche de l'enseignement supérieur (PRES), qui regroupe les trois universités et trois grandes écoles toulousaines, dans le cadre de « Toulouse Campus ». Des étudiants de l'INP travaillent même déjà sur le profil idéal des bateaux qui devront faire le moins de vagues possibles pour ne pas abîmer les berges du canal.
Un téléphérique de Rangeuil au Cancéropôle

Téléphérique Langlade-Rangueil : Enjambant la Garonne, il grimperait la colline de Pech-David reliant Cancéropôle et l'hôpital Rangueil, lui-même déjà branché par navette au métro Université Paul-Sabatier. Une navette pourrait connecter l'université du Mirail à cet ingénieuse liaison « passe-montagne », reliant ainsi les deux universités et les deux lignes de métro.

L'idée n'a rien d'exceptionnel en milieu urbain : des téléphériques célèbres existent à Madrid et Barcelone (il survole le Vieux Port), à New-York mais aussi à Grenoble (au centre, sur le site de la Bastille et son fort au carrefour des Trois-Vallées). À ne pas confondre avec les funiculaires (sur rail) fameux de Montmartre, Lyon (qui en compta jusqu'à cinq), Pau ou Le Havre.

Le projet risque toutefois de cristalliser des oppositions au nom de la défense de l'environnement, la colline de Pech-David étant classée zone naturelle, comme ce fut le cas du projet avorté d'Issy-les-Moulineaux (qui devait relier basse et haute ville, abandonné par le maire lors des dernières élections municipales). Reste qu'il s'agirait probablement d'une cabine légère et que la vue procurée au-dessus de la Garonne pourrait s'avérer panoramique et touristique. Ce pourrait aussi être un plus pour la renaissance d'un secteur traumatisé par AZF.
Bateaux sur l'eau

Sur la Garonne : Une navette pourrait relier le port de la Daurade au Cancéropôle, en empruntant le bras inférieur du fleuve, desservant le cours Dillon, le Parc des expos et le Stadium sur l'île du Ramier. Un trajet relativement court qui ne présente pas d'obstacle technique majeur. Mais le dossier sécurité devra être traité de façon rigoureuse : « Pour la semaine de la mobilité, on a voulu expérimenter une barge traversant la Garonne, mais on n'a pu le faire car l'exploitant n'avait pas toutes les autorisations », précise Bernard Marquié, maire-adjoint PCF chargé de la mobilité et des déplacements.

Sur le canal du Midi : La navette relierait la gare Matabiau à Castanet, en traversant le pôle scientifique de Rangueil et du Canal, et ceci sans rencontrer une seule écluse. INP-Enseeiht et INP-Ensat, CNRS, Onera, Insa, Supaero, Enac, Cnes et université Paul-Sabatier seraient ainsi desservis de même que le parc technologique du Canal et l'école d'agronomie d'Auzeville. Principal écueil : éviter de fragiliser les berges du site inscrit au Patrimoine de l'humanité.
Bus et « Autolib » dans l'air

Le moteur à air comprimé a le vent en poupe à Toulouse. Patrick Dupin, qui a acheté la licence pour Midi-Pyrénées et Andorre, souhaite ouvrir une unité de fabrication et vente dans l'agglomération toulousaine fin 2009-début 2010. L'usine emploierait une cinquantaine de personnes et construirait sur place châssis alu et carrosserie composite qu'elle assemblerait avec les blocs moteurs à air comprimé inventés par Guy Nègre, le fondateur de MDI. Ce dernier doit présenter le 9 octobre à Nice l'Air Pod, un tricycle ultraléger, équipé de 3 mini-moteurs à air comprimé rejetant 0 gr de CO2 dans l'air, transportant trois personnes à 45 km/h sur 100 km.

On le louerait pour aller d'une station à une autre, comme les VélôToulouse, des compresseurs installés en ville permettant de faire le plein d'air en 3 minutes. Ce système Autolib pourrait être lancé à Toulouse.

Si rien n'est faisable au niveau de la municipalité ou du Grand Toulouse, une navette à air comprimé pourrait toutefois être testée dans le centre sur le même trajet que la navette électrique. Enfin, l'usine toulousaine produirait aussi la One, modèle biénergie de 380 kg transportant trois ou cinq personnes à 110 km/h sur 800 km (2 l au 100, 45 gr de CO2) vendue aux particuliers 5 300 €.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net